Investir ses crypto-monnaies dans l’art, la bonne idée !

Alec Monopoly bitcoin

Les crypto-monnaies se lancent dans le milieu artistique !

Les crypto-monnaies font la une depuis plus d’un an avec des retours extraordinaires. Des centaines de personnes se sont retrouvées propulsées avec des gains stratosphériques. Mais que faire de cet argent virtuel pour qu’il se pérennise ? C’est au fond une question naturelle qui se pose.

Vous avez été visionnaires, et vous êtes des early miners ou acheteur de cryptos, félicitations ! Vous avez su investir au bon moment, je ne vous dirai qu’une chose : bravo !

Cependant il faut bien s’accorder sur le fait que les cours sont d’une rare volatilité et des mastodontes comme le Bitcoin peuvent flancher à tout moment faisant perdre des centaines de milliards à un marché encore récent. Comme tout marché disruptif, il y a de multiples cassures avant d’être amené à une certaine sécurité qui permettrait un investissement en bon père de famille.

Alors que faire de ces cryptos volatiles et fortement appréciées ?

Un bon investisseur diversifie son portefeuille et maintenant que les cryptos ont des valeurs qui sont importantes elles se sont petit à petit transformées en capital ! Eh oui, quelques Bitcoins permettent maintenant l’achat de bien des choses. Au cours d’aujourd’hui, nous sommes le 25 février 2018 le bitcoin vaut 7,634€ soit: 100 actions Nike, 35 actions Facebook, 7 iPhone X, une Rolex ou même une voiture. Il n’y a pas quelques mois on pouvait se payer un appartement pour plusieurs mois avec un seul Bitcoin.

Mais que faut-il penser après une dévaluation de plus de 70% d’un mastodonte comme le Bitcoin ? Difficile d’appréhender ce marché en constante évolution où des dizaines de fleurons prometteurs naissent et se fanent à la même vitesse. Dans cette jungle il est bien facile sans être expert de se prendre dans des lianes féroces pour nos acquis virtuels.

Alors pourquoi pas l’art ?

La bourse aurait pu intéresser des investisseurs traditionnels, mais l’art a l’avantage de vous ravir les yeux d’une multitude de couleurs bien différentes (régalez-vous) que le bicolore bien connu: le rouge et le vert. Celui-ci est certainement plus lucratif que son compère stendhalien.

Revenons-en à l’art, qu’on l’apprécie ou pas il y a toujours quelque chose à en dire. Même le mutisme dans un musée passe pour une forme d’appréciation ! C’est un avantage indéniable quand on est entouré de passionnés à qui l’on ne peut avouer que les notions de la gradation de blanc de Malevitch n’évoquent rien d’autre que le blanc. On prend l’air grave et on oscille la tête et voilà une réponse bien adéquate pour tout ce beau monde.

L’art, un investissement

Pour les investisseurs, puisque c’est d’investissement que nous parlons, il y a beaucoup mais alors beaucoup de possibilités. Les périodes, les tendances, les couleurs, les textures, tout est possible.

Je me concentrerai donc sur le street art et quelques artistes bien connus : Banksy, Alec Monopoly, Herr Nilsson ou encore l’artiste français Orlinki.

Leurs côtes ont toutes explosé depuis quelques années faisant des bons de plusieurs centaines de pourcents de bénéfices. Prenez par exemple « girl with balloon », la très célèbre lithographie de Banksy. Celle-ci s’était vendue aux enchères dans les années 2000, vendue pour 800 livres sterling (~900€) chez Christie’s et est maintenant en vente dans les plus célèbres galeries pour plus de 100.000$.

Eh oui, ces investissements sont sur le long terme des rendements d’exception qui ont tout pour vous plaire et ravir vos intérieurs. Alec Monopoly encore achetable il y a quelques années pour 3.000 à 4.000$, se vend maintenant dans sa principale galerie Eden entre 35.000$ et 160.000$ et tout cela en TROIS ans seulement.

Orlinski est l’artiste français le plus exporté au monde et expose ses sculptures dans le monde entier. Ses imposants Kong et ses animaux sauvages campent sur les pistes les plus prestigieuses. Qu’elles soient de galas ou de neige, les sculptures laissent un souvenir rétinien imposant. Elles aussi étaient proposées pour quelques milliers d’euros conçues dans un garage et boudées des galeristes nantis il y a une dizaine d’années, et les voilà dans les plus grands palaces à travers le monde.

Difficulté à trouver une galerie acceptant les cryptos…

J’ai eu bien du mal quand j’ai voulu, après la montée de l’Ethereum, acheter quelques pièces d’artistes connus et reconnus. J’ai eu beau cherché, les sites n’étaient pas sérieux ou manquait de rigueur dans leurs transactions.

C’est pour cela que j’ai décidé de réaliser une galerie en ligne avec des artistes célèbres et tous les certificats pour le prouver. Celle-ci accepte les principales cryptomonnaies via l’application d’e-commerce Coinbase : Bitcoin, Ethereum et Litecoin. N’hésitez pas à découvrir certains artistes sur le site web ou investir pour les plus sérieux d’entre vous.

Je vous laisse avec un échantillon de talent d’œuvres de la galerie :

Orlinski Wild Kong

Alec Monopoly

Banksy

Herr Nilsson

Herr Nilsson

Si vous êtes débutant, n’hésitez pas à vous familiariser avec la série d’articles de vulgarisation Crypto-Geek!

Dans l’espoir de vous avoir aidé à y voir plus clair, je vous dis à très bientôt pour de nouveaux articles sur la Conciergerie du Geek ! Pour parler Crypto-monnaie, lâchez-vous sur ce groupe facebook dédié. En attendant, portez-vous bien.

 

Tu en penses quoi ?

0 0

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

%d blogueurs aiment cette page :
Conciergerie du Geek

GRATUIT
VOIR